2019-06-30 15.26 Reiding maison natale.j
Logo LI pour version V2.jpg

L'actualité musicale romantique

Pour les passionnés de musique romantique, notre ambition est de valoriser les représentations originales organisées par nos partenaires en particulier concernant l'activité des concertistes membres de l'association 

téléchargement.jpg
images (1).jpg

Musée de la Vie Romantique - Robert et Clara Schumann

Récital "Romances"

Gabriel Pidoux, hautbois,   Jorge González Buajasan, piano  

Robert Schumann (1810-1856) : Trois Romances op. 94  

            Nicht schnell-Einfach, innig-Nicht Schnell 

            Décembre 1849 

Leopold Wallner (1847-1913) : Drei romantische Stücke  

            Chant d’amour-Mazurka-Rêverie 

            1903 

Marina Dranishnikova (1929-1994) : Poème  

1953 

Clara Schumann (1819-1896) : Trois Romances  

            Andante molto-Allegretto-Leidenchftlich schnell 

            1853 

Choix d’un programme autour de la poésie et du romantisme. Le poème de Marina Dranishnikova, tourmenté, d’une construction très dense, les trois pièces romantiques de Leopold Wallner, jamais enregistrées jusqu’alors.

Jeudi 16 mars à 19h30  - Attention places limitées

Bibliothèque musicale La Grange-Fleuret 

11 bis rue de Vézelay Paris 8 

Pour en savoir plus; Musée de la Vie Romantique Cliquez ici 

téléchargement (2).jpg

Gabriel Pidoux

en savoir plus Cliquez ici

GONZALEZ-BUAJASAN-Jorge-2103-BD-paint©Jean-Baptiste-Millot.jpg

Jorge González Buajasan,

en savoir plus Cliquez ici

"La Hongrie et les chemins d'Orient"

Récital de Marouan Benabdallah c'était à l'Institut Liszt le  9 décembre 2021  

Cette soirée est organisée par l’Association des Amis de l’Institut hongrois. Marouan Benabdallah, diplômé de l’Académie [université] de musique Franz Liszt de Budapest, a interprété des œuvres de Liszt, Debussy, Khachaturian 

Institut hongrois/ 92 rue Bonaparte 75006 Paris 

images.jfif
logo_RGB_paris_fr_hosszú (1).jpg
téléchargement (5).jpg

Maxime Zecchini et l'orchestre Pasdeloup  à la Seine Musicale  "Symphonie du Destin"

Maxime Zecchini, pianiste, membre de notre association et entre autres lauréat de la Fondation Cziffra, nous propose un concert exceptionnel  le dimanche  27 Mars à la Seine Musicale

« Ainsi le destin frappe à la porte » dit Beethoven en se référant au célèbre motif initial de quatre notes de l’Allegro de sa « Cinquième », surnommée

« Symphonie du Destin ». Ce même destin qui vint frapper Paul Wittgenstein, perdant son bras droit lors de la Grande Guerre mais continuant sa carrière de pianiste. Ravel lui compose alors l’intense Concerto pour la main gauche. Une pièce virtuose, tout comme le Concerto pour basson de Jolivet, transcrit pour clarinette basse en première mondiale.

  • DISTRIBUTION

  • Nicolas Simon, direction

  • Maxime Zecchini, piano

  • Vincent Penot, clarinette basse

  • PROGRAMME

  • André Jolivet, Concerto pour basson (transcription pour clarinette basse par Vincent Penot en première mondiale)

  • Maurice Ravel, Concerto pour la main gauche

  • Ludwig van Beethoven, Symphonie n° 5

Réservations  cliquez ici 

Marouan Benabdallah

maxime_zecchini_c_chris_poffi.jpg

Maxime Zecchini

Site internet   cliquez ici 

lieux_la_seine_musicale_09052018183635.jpeg

Ludmila Berlinskaïa et Arthur Ancelle, le couple fusionnel  franco-russe fête ses 10 ans

Faire connaître au grand public toute la richesse du répertoire  du deux pianos ou quatre mains, voilà la mission qu'ils  se sont donés  

D'abord un album des 10 ans : Gershwin / Tsfasman dans les bacs depuis le 28 janvier

Nés à quelques années d’intervalle dans des familles juives qu’un empire tsariste profondément antisémite inquiétait, Gershwin et Tsfasman ont connu  des destins très différents, pourtant parallèles et qui se rejoignent notamment en 1945, lorsque Tsfasman devient le premier interprète de la Rhapsodie in Blue en URSS.
Sans la guerre froide, la musique de Tsfasman serait probablement populaire dans le monde entier aujourd’hui, avec Benny Goodman en premier « passeur » - seul véritable échange qui eut lieu entre Tsfasman et l’Ouest en 1944...
Ce disque Gershwin- Tsfasman offre en première mondiale les œuvres du Gershwin russe Alexander Tsfasman ainsi que les 4 chansons de Gershwin adaptées par Paul Posnak.

Pour écouter l'album cliquez ici 

Lien YouTube cliquez ici 

Puis le concert des dix ans à la salle Gaveau le jeudi 10 mars

« Le jazz n’était-il pas interdit en URSS ?! » nous demande-t-on toujours. « Oh, quel est le nom de ce compositeur formidable ?! On ne sait rien de lui ».
Nous nous sommes dit qu’il est temps d’offrir la musique d’Alexander Tsfasman au monde, et sa proximité avec George Gershwin nous est immédiatement venue à l’esprit. Gershwin est né en 1898 dans une famille juive qui avait émigré de Russie en Amérique. Il nedevint pas un pianiste professionnel, mais grâce à son immense talent, il se fit connaître dans le monde entier par le jazz. Quand il vint à Paris et demanda à Ravel de lui enseigner la composition,
celui-ci refusa en disant que Gershwin n’en avait pas besoin. Il deviendrait quand même le seul et unique Gershwin. Tsfasman est né en Ukraine en 1906. Il étudia au Conservatoire de Moscou dans la classe de Felix Blumenfeld et devint un brillant pianiste virtuose. Il découvrit le jazz et développa son propre
style pianistique.
Premier interprète russe de Rhapsody in Blue, adorant Gerswhin, Tsfasman fut l’un des pionniers du jazz en URSS. Gershwin, lui, ignorait jusqu’à son existence. En tant que pianiste, Tsfasman était extrêmement apprécié par Goldenweiser, Igoumnov, Neuhaus et Chostakovitch, et encore aujourd’hui,

toute la Russie fredonne ses mélodies. Quoique différents, le jazz de Gershwin et celui de Tsfasman ont un dénominateur commun important : leur musique est un jazz écrit, avec des fondamentaux issus d’écriture musicale classique.
Nous ne prétendons pas être pianistes de jazz. Comme Rachmaninov et Horowitz, nous regardons bouche bée Art Tatum ou Oscar Peterson, et nous sommes loin de ces grands artistes, comme des improvisateurs d’aujourd’hui. Pour nous, cet album représente un véritable défi :
réussir à créer un style unique – lien entre jazz et musique classique. Nous devons conserver le pianisme et la virtuosité, la finesse de l’écriture, la distribution des couleurs, la précision de l’ensemble, comme dans le répertoire classique, et en même temps trouver l’aisance, le relâchement, le swing qui est si peu naturel pour les pianistes classiques que nous sommes. Nous avons appris à changer notre toucher, à entendre autrement, visant à unir swing et véritable rubato pianistique, sorte d’improvisation libérée sur fond d’ostinato rythmique précis.

Ludmila & Arthur

Je ne cesse d’être étonné par l’étrange porosité du « rideau de fer » : toute mon enfance, et même plus tard, on m’a expliqué que l’URSS était un endroit fermé à triple tour, imperméable aux formidables valeurs occidentales, replié sur soi et où l’on interdisait jazz et autres arts « décadents »..

Pour lire la suite cliquez ici 

CONCERT DES 10 ANS
SALLE GAVEAU, JEUDI 10 MARS 2022, 20h30

BORODINE, RACHMANINOFF, RIMSKY KORSAKOV, KHACHATURYAN,

GERSHWIN, TSFASMAN

Tarification spéciale négociée pour les adhérents LI : dans votre réservation de places sur internet  indiquez le code LISZTOMANIA10

Pour réserver vos billets cliquez ici 

 

 

 

 

 

 "Les printemps du Cœur"

Concert -lectures au Château de la Petite Malmaison

Magdalena Zuk, pianiste polonaise sera accompagnée par Stefan Czarnecki pour la lecture des textes.  

Le programme mêlera deux univers : le printemps et les fleurs, le romantisme et l’amour, qui seront évoqués à travers l’interprétation des œuvres de Chopin, Brahms, Scarlatti, Liszt, Szymanowski, Beethoven et la lecture des textes  de George Sand, Victor Hugo, Franz Liszt, Paul Verlaine, Marceline Desbordes-Valmore.

Le concert qui commencera à 17H00 sera précédé, pour ceux qui le souhaitent, d’une visite guidée des salons à 15H30. 

Du fait de l’évolution du contexte, nous ne vous demanderons plus de présenter un Pass sanitaire, et le port    du masque à l'intérieur du château n’est plus obligatoire, mais reste bien sûr autorisé à ceux qui le souhaitent.  

Dimanche 20 mars 2022 à 17h00

229 bis avenue Bonaparte -Rueil Malmaison

Pour en savoir plus Cliquez ici

Magdalena ZOUK Cliquez ici

Magdalena ZOUK site internet  Cliquez ici

La Petite Malmaison Cliquez ici

concert du chœur de Rueil Malmaison,

Le mardi 5 avril à 20H30 aura lieu à l’auditorium du conservatoire de Rueil Malmaison (182, avenue Paul Doumer – 92500 Rueil Malmaison) le concert du chœur de Rueil Malmaison, chœur dirigé par Jacqueline Blondin, une fidèle de la Petite Malmaison ; vous pourrez y entendre des œuvres de Schütz, Couperin, Buxtehude, Durante, Astorga, Mozart et Brahms (entrée libre). Vous trouverez en deuxième pièce jointe l’annonce de cet autre concert printanier.  

 

Concert du Choeur de Rueil Malmaison Cliquez ici

Berlinskaia Ancelle ©Ira Polyarnaya 5.jpg

Ludmila Berlinskaïa et Arthur Ancelle

Site internet  cliquez ici

Pièce jointe.jpeg
téléchargement.jpeg
8154588-diaporama.jpg

La Petite Malmaison Cliquez ici

images.jpeg
Magdalena Zuk.jpg

Magdalena ZOUK site internet  Cliquez ici

images (1).jpeg

Stefan Czarnecki

Benjamin-Grosvenor.jpg

Benjamin Grosvenor

Voir portrait sur liszt-franz.com

Cliquez ici

"Liszt a vingt ans !" Une délégation des Lisztomanias International présents à la vingtième édition des Lisztomanias de Châteauroux  du 15 au 21 octobre 2021

Depuis 20 ans, les Lisztomanias honorent Franz Liszt sous toutes ses formes, musicales, littéraires, humanistes, sous l’angle du concert comme celui de la transmission : académies de piano, conférences, café-concert, atelier pour enfant, actions multiples auprès des publics fragiles, etc.

Une programmation exceptionnelle pour cette vingtième organisée de main de maître par Jean-Yves Clément, directeur artistique.

Des grands interprètes de la jeune génération sont conviés lors de cette édition anniversaire afin de célébrer la présence formidable et l’éternelle jeunesse de Franz Liszt : Benjamin Grosvenor, Alexandre Kantorow, Nathanaël Gouin, Paul Lay... ou encore Cyrille Dubois, Jean-Baptiste Doulcet, le chef d’orchestre Aziz Shokhakimov. L’Orchestre National des Pays de la Loire, Bertrand Chamayou, FrançoisFrédéric Guy

Pour accéder à la revue de presse cliquez ici 

 

Notre association ne pouvait rester insensible à une telle palette d'artistes aussi prestigieux les uns que les autres. Une quinzaine de LI ont fait le déplacement, des fidèles de la première heure et des nouveaux adhérents.

Moments conviviaux à la sortie des concerts, échanges avec les artistes lors des dédicaces de livres ou CD.

Un déjeuner en commun pour mieux faire connaissance avec des invités de marque ; le Président des Lisztomanias de Châteauroux, François Roger Cazala, membre de notre CA et Jean-Yves Clément, Directeur artistique également membre de LI.

Cinq soirées prestigieuses avec tout d’abord Benjamin Grosvenor reconnu comme un des plus grands pianistes du monde, finaliste à 11 ans du Concours de la BBC des jeunes talents. Habitué des Diapasons d’Or, son disque sur Liszt en 2021 est un succès planétaire. Nous avons eu droit à un enchainement enchanteur des Sonnets de Pétrarque, la Sonate en Si mineur de Liszt mais également celle de Chopin. « Pianiste comme il en existe un sur un million » The Independent.

Puis nous enchaînons avec Alexandre Kantorow, premier pianiste français à remporter la médaille d'or du prestgieux Concours Tchaïkovski ainsi que le grand Prix en 2019, avec le Concerton°2 pour piano et l’appui de l’orchestre national des Pays de la Loire lequel nous a donné ensuite la Symphonie n°9 dite « Du nouveau monde » en mi mineur op.95. Le feu d’artifice s’est poursuivi grâce à François-Frédéric Guy avec l’intégrale des Harmonies poétique et religieuses. Enfin, une prestation exceptionnelle de Bertrand Chamayou avec l’intégrale des Années de Pèlerinage avec un concert de clôture qui s’est terminé à une heure du matin pour le grand bonheur des lisztiens passionnés.

Et que dire des autres tous aussi talentueux pour les concerts à l’Equinoxe ou à la Chapelle des Rédemptoristes/Auditorium Franz Liszt : Cyrille Dubois et Tristan Raës pour une série de lieder lisztien et les Trois Sonnets de Pétrarque, l’ensemble Janoska, puis une immersion dans les transcriptions de Liszt par Aurélien Pontier, un clin d’œil à Camille Saint-Saëns, année anniversaire oblige,  avec Nathanaël Gouin avec entre autres le magnifique Concerto pour piano n°2 en sol mineur, le Trio Chausson pour des transcriptions et le couple sur scène et dans la vie la séduisante et talentueuse Andrey Lonca-Alberto et Paolo Rigutto pour les merveilleux Poèmes symphoniques et transcriptions à quatre mains.

Citons aussi un moment convivial au « 9 Cube-Scène de musiques actuelles » avec un « bœuf » entre Alexandre Kantorow, Paul Lay et Jean-Baptiste Doulcet pour « l’invitation de Liszt à réfléchir autrement en invitant à l’improvisation » …

Et la relève ? Que de remarques élogieuses pour les jeunes solistes pilotés de main de Maître par Bruno Rigutto; Delphine Co, Laure Cholé, Misi Boros et Gaspard Thomas Ils sont formidables, talentueux et ont joué « avec le cœur » en envoutant les lisztiens passionnés assidus, chaque matin, des master class. Au programme, Mozart, Ravel, Liszt, Fauré, Debussy et Szymanovski. Des œuvres complexes acrobatiques qu’ils nous ont servies avec humilité et grand professionnalisme, on a envie qu’ils réussissent tous, ils sont armés pour cela.

Pour la prochaine édition, prenez votre tour. La notoriété du grand festival que nous venons de vivre, avec une salle comble à l’Equinoxe, devrait voir affluer les demandes de places surtout celles situées à gauche de la scène pour voir au mieux les doigts des artistes effleurer avec grâce les touches du piano.

Jean-Yves Clément Chopin et Liszt

La magnificence des contraires (chez Premières loges 2021)

Presque exacts contemporains, Frédéric Chopin (1810-1849) et Franz Liszt (1811-1886) furent deux géants de l'histoire de la musique et du piano romantique, et deux figures à la fois très proches et dissemblables: le premier, polonais exilé à Paris puis réfugié à Nohant, intérieur et solitaire, presque enfermé dans son piano; le second, hongrois parcourant l'Europe, extraverti et public, ouvrant sa musique au monde.

A la fois collègues, amis et rivaux, ils se sont fréquentés avec leurs compagnes respectives, George Sand et Marie d'Agoult, tout en développant des esthétiques pianistiques et des conceptions du rôle de l'artiste divergentes -presque deux visions de l'existence. Au-delà de l'opposition ou du paradoxe, ce portrait croisé dévoile le visage double du créateur.

Jean-Yves Clément est directeur artistique du Nohant Festival Chopin et créateur des Lisztomanias de Châteauroux. Il a été commissaire général de l'Année Liszt en France en 2011. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages sur la musique, parmi lesquels, chez Actes Sud, Franz Liszt (2011), Alexandre Scriabine, ou l'ivresse des sphères (2015) et Glenn Gould, oi le piano de l'esprit (2016), ainsi que Les Deux Ames de Frédéric Chopin (La Passeur, 2017)

pour vous procurer cet ouvrage  cliquez ici 

Pour  en savoir plus sur le festival des Lisztomanias à Châteauroux cliquez ici

Mūza Rubackytė,

"Née sous un piano", son histoire de jeune prodige  

Lisztienne  d'exception, elle a remporté le Premier Prix du Concours Liszt/Bartok de Budapest. Une discographie prestigieuse (Etudes, intégrale des Années de Pèlerinage...), elle raconte son histoire de jeune prodige  pendant les heures chaudes de l'indépendance de son pays  dans son livre "Née sous un piano".

Elle est intervenue sur France Musique en avril 2021 sur sa vie tumultueuse et passionnante. 

Pour écouter Cliquez ici

Cette pianiste virtuose vient  de réaliser un CD avec l'enregistrement de la monumentale Sonate pour piano en Si mineur de Léopold Godowsky, son compatriote lituanien (1870-1938)  reconnu et salué par toute la critique. Cliquez ici

Voir aussi l'interview dans le site liszt-franz.com dans la rubrique "aimez-vous Liszt"

 Cliquez ici

 L’institut hongrois vient de changer de dénomination. Désormais il s’appelle  « L’Institut Franz Liszt », il est partenaire de Lisztomanias international

comme tous les instituts hongrois dans le monde à l’instar de l’Allemagne avec « L’Institut Goethe » ou « l’Institut Camoes » au Portugal mais aussi « l’Institut Confucius » en Chine. Chaque pays se choisit ainsi son « héro » dans sa communication vers le grand public. Auparavant « Institut Balassi », nom du fondateur de la littérature écrite en hongrois, « L’Institut Franz Liszt » porte haut l’image de ce compositeur, comme l’aéroport de Budapest, celui de Varsovie ne s'appelle-t-il pas Frédéric Chopin ?

Pour accéder au site de

l'Institut Liszt  Cliquez ici 

5a992f63d6e36.jpg

Bertrand Chamayou

téléchargement.jpg

François Frédéric Guy

unnamed.jpg

Alexandre Kantorov

unnamed (31).jpg
unnamed (34).jpg
unnamed (36).jpg
Nee-sous-un-piano.jpg
logo_RGB_paris_fr_hosszú (1).jpg
unnamed.jpg