top of page
2019-06-30 15.26 Reiding maison natale.j

Suzana Bartal,

Franz Liszt, les Harmonie poétiques et religieuses

Samedi 13 mai 2023 à 15h00  à l'Abbaye cistercienne de Timadeuc (Pontivy)  

Responsables du projet de participation de SPL;  Suzel Biernat et Jean-François Marmey

agrandissement suzel.jfif
jf final P1011089.jpg

Susana Bartal, membre de SPL,   a reçu la délégation de SPL lors de la finale du Concours international  Franz Liszt à Utrecht en septembre dernier. Membre du jury,  elle a répondu à nos questions , avec beaucoup de gentillesse,  sur le process de selection des candidats das le monde entier ce qui nous a permis d'apprécier les prestations des 3 finalistes.

Elle participera  avec Nicolas Stavy à la croisière sur le Douro.

Les Harmonies Poétiques et Religieuses de Franz Liszt

Nous avons assisté à un magnifique concert  à l'Abbaye cistercienne de Timadeuc  avec Suzana Bartal au piano pour les  Harmonies Poétiques et Religieuses de Franz Liszt,

Ce concert était assorti de lectures de Lamartine par un représentant de l’Académie de Musique et d’Arts Sacrés de Saint Anne d'Auray.

Les Harmonies poétiques et religieuses, S. 173, sont un cycle de pièces de Franz Liszt.

Ce cycle regroupe des pièces composées à Woronińce (PodolieUkraine), alors qu'il fréquentait la princesse Carolyne de Sayn-Wittgenstein. Il comprend dix pièces dont les titres sont empruntés à des poèmes de Lamartine dont le cycle est également intitulé Harmonies poétiques et religieuses :

  1. Invocation ;

  2. Ave Maria (transcription d'un choral écrit en 1846) ;

  3. Bénédiction de Dieu dans la solitude ;

  4. Pensée des morts (qui comporte une évocation du premier mouvement de la Sonate au Clair de Lune de Beethoven1) ;

  5. Pater Noster (transcription d'une pièce chorale de 1846) ;

  6. Hymne de l’enfant à son réveil (idem) ;

  7. Funérailles (1849) ;

  8. Miserere (d’après Palestrina) ;

  9. Andante lagrimoso ;

  10. Cantique d’amour.

 

Académie de Musique et des arts sacrés Cliquez ici

Devise de Timadeuc : « espoir en Dieu »

Le choix du lieu est lié au fait que le Révérend Père dom Joseph Hercelin (ancien directeur au Grand Séminaire de Vannes), abbé de la Grande Trappe, fut sollicité pour fonder un monastère dans son diocèse d'origine de Vannes. Raison pour laquelle il refusa d'acquérir l'abbaye Notre-Dame de Bon-Repos. Il visita plusieurs propriétés de la comtesse du Bot qui trouvait leur gestion trop lourde vu son âge avancé : La Roche du Theil, puis l'ancien siège de la seigneurie appartenant aux Tymadeuc1, manoir sur lequel il porta son choix en même temps qu'il reprit la devise des Tymadeuc : « espoir en Dieu ». Il acheta également deux métairies proches.

La première communauté trappiste de Timadeuc fut réduite à trois religieux (arrivés à pied avec un cheval et une carriole le 22 juillet 1841) car elle disposait de peu de ressources : elle ne comprenait que deux moines (le P. Théodore, diacre, le P. Bernard Dugué, qui en sera l'abbé jusqu'à sa mort en 1859) et un frère convers (F. Gérard). Cette communauté dut son implantation et sa survie dans les premiers temps à la générosité2 de la comtesse du Bot qui céda pour un prix modique le manoir de Timadeuc, alors très délabré, pour y implanter un monastère. Les premiers moines vécurent un temps, logés gratuitement, dans le château voisin du Quengo, le temps de rendre Timadeuc habitable.

Le prieuré et ses bâtiments furent construits de 1842 à 1846, notamment à partir de matériaux issus des ruines du château de Rohan3. La première pose de l'église eut lieu le 1er avril 1842, sa consécration le 1er septembre 1846. Les bâtiments claustraux et le nombre des moines étant jugés suffisants pour constituer une abbaye, un rescrit pontifical accorda au prieuré le statut d'abbaye en 1847, appelée alors l’Abbaye Notre-Dame de Thymadeuc. Les bâtiments conventuels furent terminés en 1860, sauf le cloître inachevé4.

Une histoire mouvementée entre 1863 et 1914

Son histoire est marquée par un incendie criminel qui ravagea les bâtiments en 1863 (perte évaluée à plus de 200 000 francs) et par leur expulsion des lieux manu militari en 1880 (la Troisième République passe un décret anticlérical le 29 mars interdisant le port de l’habit religieux et la vie en communauté), mais les scellés furent levés le 1er décembre 1882, date à laquelle les moines réintégrèrent leur abbaye. En 1895, la vieille église fut détruite, une nouvelle de style néo-gothique fut reconstruite de 1895 à 1898 : la pose de la première pierre, gravée du millésime de 1895, se fit dans le chevet. Dans une cavité pratiquée dans cette « pierre de fondation » fut déposé un cœur de plomb renfermant des médailles de la Sainte-Vierge, de saint Joseph, de saint Benoît, de sainte Anne et de l'Ange gardien. Placée sous le vocable de Notre-Dame de l'Assomption, le fronton du portail porte les armoiries des Tymadeuc "de gueules à trois molettes d'argent" et celles de l'abbaye, la mitre et la crosse.

La Loi de séparation des Églises et de l'État en 1905 menaça l'existence de l'abbaye : douze religieux quittèrent Timadeuc et se retirèrent en Notre-Dame du Petit Clairvaux au Canada en 1903 pour préparer l'exil de la communauté qui n'eut pas lieu. Le monastère définitif de Timadeuc fut construit entre 1925 et 1930.

Timadeuc pendant la Seconde Guerre mondiale

L'abbaye fut un haut lieu de la résistance pendant la Seconde Guerre mondiale, sous l'autorité de son père abbé, Dom Dominique Nogues, qui fut aussi un agent du réseau Pat O'Leary. L'abbaye cacha des aviateurs, des résistants et des dépôts d'armes et des moines furent arrêtés5. Parmi eux, le père Gwenaël6 qui mourut en déportation7. D'autres moines pourtant actifs dans la Résistance comme le père Gabriel Bourdier (prieur à partir de 1943), le père Alain Christian ou encore le père Louis de Gonzague (spécialiste de la fabrication des faux papiers) échappèrent aux arrestations8.

Cette contribution à la Résistance valut à l'abbaye de Timadeuc la médaille de la Résistance française en 1946, un calvaire commémorant les faits9.

(Source Wikipédia)

suzana-bartal-c2a9jean-baptiste-millot_opt.webp

Suzana Bartal

Site internet Cliquez ici

WhatsApp Image 2022-09-30 at 08.38.08.jpeg

Accueil de la délégation SPL

à Utrecht le 29 septembre 2022

par Suzana Bartal, membre du jury  de la Liszt Competition

copie IMG-7959.jpg
IMG-7960.jpg
images.jfif
téléchargement (3).jfif
copiesur les pas-last-2 (1).jpg
Liszt s.jpeg
P1010509.JPG

surlespasdeliszt.com

Site d'information  de l'association "Sur les pas de Liszt"

 Janvier 2024

P1010541.JPG
copiesur les pas-last-2 (1).jpg

Informations légales : sur les pas de Liszt

27 ter rue Benoît Malon 92150 Suresnes

Contact : surlespasdeliszt@gmail.com

bottom of page